A+ a-

 Prestation BIOALTERATION : Etude des contaminations par les microorganismes


LAMOA Expertise est le seul laboratoire privé en France à proposer une étude originale et approfondie de la bioaltération, par la mise en œuvre de méthodes d’analyse non classiquement utilisées en microbiologie.


Afin d’identifier les espèces responsables de la bioaltération, les microbiologistes procèdent le plus souvent par prélèvements de biofilms et mise en culture au moyen de milieux nutritifs. Après cette phase de culture, une identification par comparaison avec un référentiel est menée sur lame mince au microscope optique en lumière transmise.

Cependant afin d’évaluer les effets d’une contamination et son impact sur les matériaux, et ainsi obtenir des informations sur les déséquilibres d’un milieu de conservation, peu de méthodes utilisant l'imagerie sont mises en oeuvre. Notre expérience passée des phénomènes d’altération d’origine biogénique nous a amenés à développer l’application de la microscopie électronique à balayage (MEB), suivant des conditions expérimentales spécifiques permettant d’observer l’interaction que ces organismes peuvent avoir avec le support, et donc avec le matériau qu’ils contaminent.

Par cette approche particulière, nous sommes en mesure d’étudier leur comportement et d’identifier la présence de mycéliums, lichens, bactéries, insectes par une étude de surface et/ou en section d’un prélèvement du matériau contaminé. Et, bien qu’il soit difficile d’établir un référentiel de ces microorganismes par cette méthode d’analyse, dans le cas des mycéliums néanmoins, il est parfois possible d’identifier au MEB le genre (ex : cladosporium, pénicillium,…) lorsque ces organismes sont en phase de sporulation et présentent des formes évolutives bien caractéristiques.

Mais avant tout, le MEB permet d’évaluer de manière très performante le degré de contamination d’un échantillonnage, le type de dégradation généré, et de savoir si ces organismes sont actifs et en voie de développement (ex : émission de nombreux métabolites, phases de sporulation, etc…) en raison de conditions environnementales favorables, ou au contraire s’il s’agit d’une contamination ancienne, ou ralentie.

PRÉLÈVEMENTS :

L'étude des échantillons est réalisée à partir de micro-prélèvements effectués en concertation avec nos commanditaires. La localisation et le choix de l’échantillonnage sont établis dans un souci de représentativité et afin de répondre au mieux à la problématique du matériau contaminé.


RÉSULTATS DE L'ÉTUDE :

Dans le cadre de simples opérations de service, les résultats des analyses et observations sont regroupés dans un rapport détaillé, réalisé dans un délai moyen de 3 semaines après réception (ou enregistrement) des échantillons.

En collaboration avec les pouvoirs publics, ou sur la demande de commanditaires privés, nous sommes en mesure d’effectuer de manière autonome (ou de participer à) un programme de Recherche qui serait financé sur le long terme (modalités à définir en concertation).


ÉTUDES DE CAS :

Exemples de travaux réalisés par M.P. Etcheverry sur les microorganismes dans le cadre de recherches sur les vitraux, d’études de service sur les matériaux du patrimoine, ou encore pour le compte de MSMAP :


Progression endolithique d’un organisme lithobionte dans un marbre sculpté.
Formation de sels d’origine biogénique, responsables de la desquamation d’un grès.
Bactéries à l’origine de la formation de cristaux de gypse responsables de l’éclatement d’une couche picturale.
Détection d’une contamination mycélienne avec des signes d’activité métabolique au voisinage d’une couche picturale à base de blanc de plomb : cette particularité indique la présence d’un mycélium capable de solubiliser un composé de plomb.
Microfaune présente dans une polychromie sur bois : très petit coléoptère mycophage indicateur de conditions hygrométriques très élevées.
Microorganismes contaminant les cellules d’un bois sculpté.
Perturbation des couches picturales d’une polychromie sur bois par de très petits insectes fouisseurs ayant creusé des galeries.

 
Modification de la teinte des couches-support (blanc à gris-brun) par l’intrusion de nombreux microorganismes à l’intérieur des couches picturales d’une huile sur toile.

 
Contamination mycélienne sur un verre ancien très altéré, à l’origine du développement d’un biofilm maintenant un taux d’humidité suffisant à la surface du verre pour que se poursuivent les attaques acides provoquant la destruction progressive du matériau.


Liste des travaux effectués portant en partie ou en totalité sur la bioaltération des matériaux :

Matériaux vitreux :
  • Etcheverry M.P., « VIDRIO, un programme européen de conservation des vitraux, 2002-2005 »,Coré, Revue de Conservation et Restauration du Patrimoine Culturel, Le Vitrail, Numéro spécial du 15 mars 2005, SFIIC, 52-56.
  • Etude d’une palette à fard glaçurée, Antiquité égyptienne, 14p.


Peinture :
  • Analyse du noircissement d’un pigment rouge sur un panneau peint par Charles de Wailly,
    Loge de Melle Contat, Comédie Française (vers 1783-1784), 5p.
  • Etude de prélèvements effectués sur une huile sur toile de Bernard d’Agescy (Saint Christophe),
    Eglise St Christophe de St-Christophe-sur-Roc (79), 11p.
  • Etude en coupe stratigraphique de prélèvements de peinture provenant d'une huile sur toile du XVIIe s. conservée à Grenade-sur-Adour (40), 13p.
  • Etude de prélèvements de polychromie sur lambris de plafond altérés provenant du Cabinet des Moresques au Château de Cadillac (33), 10p.
  • Analyse des peintures du plafond de la chambre de l’Evêque au Château de St Izaire (12), 16p.
  • Etude de prélèvements de peintures polychromes médiévales restaurées en 1825, Eglise St Sauveur de Saint-Macaire (33), 36p.
  • Etude de prélèvements de peinture provenant d’une tête en pierre polychrome, Reims, fouilles de la rue St Symphorien, XVIe s., 15p.


Pierre :
  • Etude d’une sculpture Olmèque de jaguar-crapaud en basalte, Mexique, 9p.
  • Analyse de la bioaltération d’une tête de Deva en grès, Art Khmer, Cambodge, 15p.
  • Etude d’un trigonolithe en pierre Taïno, Caraïbes, 10p.
  • Etude d’un masque en albâtre, Mexique, civilisation Teotihuacan, 7p.
  • Etude d’une statue de Bouddha en marbre de l’époque Tang (Chine), 14p.
  • Etude d'une tête de Shiva en pierre, Cambodge, période Kulen, 8p.
  • Etude d'une tête en pierre à l’effigie de Jayavarman VII, Cambodge, art Khmer (fin XIIe – début XIIIe s. ap. JC.), 9p.


Bois :
  • Identification de microorganismes développés sur une sculpture en bois, statue d’ancêtre Yimar, région Korewori, Nouvelle-Guinée, 4p.
  • Etude d’un masque du Ngil en bois, ethnie Fang, Gabon, XIXe s., 16p.


Ivoire :
  • Etude d’une petite tête Amarnienne en ivoire, Antiquité égyptienne, 13p.
  • Etude d’une figurine en ivoire très altéré représentant l’Empereur Commode sous les traits d’Hercule, Antiquité romaine, 14p.